Poète de la lumière et de l'éphémère


Jusqu'au 7 janvier 2015, la médiathèque Toussaint accueille l'exposition de livres intitulée "Jean-Pierre Geay, poète de la lumière et de l'éphémère". A travers cette exposition, découvrez son œuvre poétique illustrée par ses amis artistes (peintures, gravures, collages et dessins).

Le Cross du Courrier de l'Ouest

cross du courrier de l'ouest
La 40ème édition du Cross du Courrier de l'Ouest se déroulera mardi 11 novembre au Parc de Pignerolle (Saint-Barthélemy d’Anjou). Cette année, les organisateurs ont prévu un programme d'entrainement "pré-cross" afin de vous préparer au mieux pour ce grand événement sportif local.

Angers, musiques du XXe siècle


En partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional d'Angers, L'UCO organise un colloque : "Roger Tessier, de l'itinéraire au festival" (du 18 au 20 novembre 2014). Musicologues, chercheurs et instrumentistes rendront hommage au compositeur, le Quator Bela se produira en concert au Grand Théâtre mardi 18 novembre à 20h30.

Mon intervention sur Terra Botanica au Conseil Général



Monsieur le Président, Chers Collègues,

Vous le savez, j’ai toujours été favorable au projet qu’on appelait à l’époque de la réflexion parc du végétal et qui est devenu une réalité avec Terra Botanica.

Mon soutien pour ce parc, comme celui de mes collègues Gérard PILET et Jackie GOULET n’a jamais failli. Je reste convaincu que cet investissement est utile au tourisme et à l’économie angevine. Je me sens d’autant plus « autorisé » à exprimer aujourd’hui mon mécontentement.



Avec tout ce que nous avons appris ces dernières semaines, nous ne pouvons admettre ce qu’on nous propose.

En tant qu’Administrateurs, les informations que l’on nous a données étaient totalement partielles, incomplètes et nous n’avions aucun moyen de le deviner. Sans être trop long car Stella DUPONT est intervenue plus en détail sur ce dossier, je voudrais simplement signaler :
  • que sur les 4 exercices clos, les déficits nets diffusés au CA étaient de 154 457 euros en septembre 2010, 38 374 euros 2012 et 2 973 euros en 2013, avec un excédent en 2011 de 8900 euros.
  • que le total cumulé de ces 4 exercices représentent un déficit de 186 904, ce qui, « passez l’expression », ne donnerait pas l’occasion de « fouetter un chat », avec une moyenne déficitaire annuelle de 46 000 euros pour un équipement public dont le CA tourne autour de 4 millions. A titre de comparaison, dans une autre collectivité, un centre des congrès avec un CA deux fois moindre coûte 300 000 euros par an à la collectivité ou encore un équipement culturel plus de 4 millions par an en participation au fonctionnement. Donc les déficits qui nous ont été présentés officiellement n’avaient absolument rien d’alarmant au regard de ce que coûte souvent un équipement public d’envergure.
Nous avons eu connaissance seulement ces derniers temps des rapports appelés chaque année « rapport spécial du commissaire aux comptes » et transmis uniquement aux actionnaires. Je rappelle qu’en tant que « simples administrateurs » nous ne siégeons pas aux AG des actionnaires et n’avions donc pas connaissance de ces rapports.

Et bien, en effet, ces rapports nous auraient alertés ! Pourquoi ? Car il y a chaque année un chapitre intitulé « conventions non autorisées préalablement » où il est fait mention des conventions avec le CG qui permettaient de boucher les trous qui de fait n’apparaissent pas dans les résultats d’exploitation tels qu’ils nous étaient fournis. Il est précisé dans ces rapports dits spéciaux que ces conventions, je cite, « n’ont pas fait l’objet d’autorisation préalable du CA. » Et le commissaire aux comptes indique à chaque fois que la réponse qui lui a été donnée est que le calendrier des réunions du CA n’a pas permis que l’on soit informé ! La ficelle est un peu grosse….Nous aurions préféré être réunis un peu plus souvent…

Et au pire être informés postérieurement s’il y avait eu urgence…Mais les CA suivants n’étaient pas plus informés des transactions passées sans son aval. Pourquoi n’avons-nous pas été informés? C’est invraisemblable avec de telles sommes en jeu !

Alors vous comprendrez bien chers collègues que nous ne pouvons pas aujourd’hui accepter de combler des déficits sans voir plus clair, d’une part sur les raisons de cette absence d’information, et d’autre part sur l’avenir de Terra Botanica. S’il y avait eu transparence totale, s’il y avait pour demain une stratégie claire et limpide, même en mettant de l’argent public, peut-être serions-nous encore prêts à vous accompagner, si les arguments étaient puissants et fondés, au service de l’intérêt général. Mais ce qu’on nous présente ne clarifie rien. Ce vote n’est pas acceptable en l’état actuel.
Plus d'infos »

« La nouvelle société du coût marginal zéro ». Un livre remarquable de Jérémy RIFKIN



Jérémy RIFKIN est un écrivain et économiste Américain dont les livres ont souvent été très diffusés (la fin du travail, Une nouvelle conscience pour un monde en crise…).

Dans son tout récent et dernier ouvrage très argumenté, il essaie de démontrer comment l’économie mondiale est totalement en train de changer. Une nouvelle économie se développe dans laquelle, selon lui, la valeur d’usage primera de plus en plus sur la propriété, la durabilité supplantera le consumérisme et la coopération chassera la concurrence.

Ce qu’il appelle « les communaux collaboratifs » sont en plein essor.

J’ai retenu parmi tant d’ autres l’important paragraphe consacré à l’impression 3D. C’est un nouveau modèle de fabrication de troisième révolution industrielle qui est entré en scène et qui suit une courbe de croissance exponentielle.

De la réduction des coûts à la multiplication désormais de nouveaux modes de production s’organisent. Jusque là, fabriquer consistait à soustraire en séparant les matériaux inutiles de ceux qui devaient rester pour la production, avec d’énormes gaspillages. Aujourd’hui par l’impression 3D, on fabrique par addition (et superposition des couches les unes aux autres), avec toutes sortes de matériaux réemployables.
et diversité des objets fabriqués par impression 3D, on voit bien que

Les imprimantes 3D peuvent aussi réduire les délais de fabrication et de livraison en personnalisant au plus près du client le produit désiré, à coût minimal.

Il n’est pas possible ici de développer tous les arguments qui militent pour le développement de cette nouvelle forme de production. Le livre de Jérémy RIFKIN le démontre parfaitement et la réalité de l’économie le prouve plus encore. Pas une semaine, pas un jour, ne passe sans que des exemples se multiplient dans ce domaine : fabrication de maisons prototypes en Chine, de voitures au Canada, meubles personnalisés aux Pays Bas, implantation de la première vertèbre imprimée en 3D (revue sciences et avenir Octobre 2014), utilisation de matériaux recyclés pour les consommables...

Je reviendrai sur cette nouvelle économie qui se développe et je vous renvoie également au dossier que nous avions constitué pour les élections municipalesdossier qui intéresse des professionnels du secteur et des industriels. Je souhaite désormais que la volonté politique prenne le relais…

Il est primordial que nos territoires soient présents et anticipent sur cette économie d’avenir, en s'appuyant notamment dans nos filières d’excellence que sont la santé, l’électronique professionnelle ou le végétal.
Plus d'infos »

Maintenir les emplois d'aujourd’hui et préparer ceux de demain



Les mauvaises nouvelles continuent d’affluer pour l’emploi sur le territoire angevin et français en général.

Ici les craintes sur Altia pour plus de 100 emplois, là Thyssen qui annonce 258 suppressions d’emploi, la filière et les entreprises horticoles qui crient au secours, des entreprises du bâtiment comme Guérif ou d’autres moins connues qui licencient et qui menacent de fermer… Sans compter toutes les petites entreprises dont on ne parle pas. J’apporte évidemment tout mon soutien aux salariés concernés et à leurs familles.


Partout, les salariés et leurs syndicats cherchent à défendre les emplois et tous les responsables, collectivités, Etat et chambres consulaires doivent être présents sur ces dossiers pour les aider, soutenir le monde de l’entreprise dans un sens collectif, pour le bien commun.

Sait-on qu’en France chaque mois, non seulement il y a une augmentation du nombre de demandeurs d’emploi, mais actuellement plus de 500 000 demandeurs d’emploi s’inscrivent mensuellement au pôle emploi et presque autant sortent du système (pour un emploi, une formation ou une radiation), soit près de 500 000 aussi. C’est le solde de ces deux chiffres qui est l’objet de l’annonce du nombre de chômeurs en plus ou en moins.

Exemple : si pendant un mois il entre 500 000 personnes au pôle emploi et que dans le même temps 480 000 sortent des listes, il est alors annoncé une augmentation du nombre de chômeurs de 20 000.
A l’échelle de l’Agglomération Angevine, ce sont plus de 5 800 personnes qui se sont inscrites en août 2014.

Présentés ainsi, les chiffres montrent l’ampleur des efforts à fournir pour que chacun puisse prétendre à un emploi. Il y a aussi des exemples qui marchent et il faut s’appuyer sur eux pour combattre le chômage.

On parle beaucoup de chiffres mais derrière ces chiffres, c’est pour chacun d’entre nous des visages, des membres de nos familles ou de notre environnement proche qui sont touchés : beaucoup de souffrances pour de multiples personnes qui ne demandent qu’à gagner leur vie et si possible s’épanouir dans un travail.

C’est pour cet enjeu de l’emploi que les efforts doivent converger.

S’il faut défendre les emplois existants, il est aussi de la responsabilité de chacun de préparer l’avenir. Le monde est en plein bouleversement, tout change très vite. Notre territoire doit anticiper dans tous les domaines pour être présent sur les secteurs porteurs et créateurs d’emploi demain.

C’est le sens de ce que nous avions promu pendant la campagne électorale de mars dernier avec, entre autres, notre souhait que la ville et l’agglomération Angevine s’impliquent pleinement dans le secteur de l’impression 3D. Les territoires qui s’investissent aujourd’hui dans ce secteur seront gagnants demain… Angers a tous les atouts pour devenir la locomotive de l’impression 3D en France.
Plus d'infos »

Les rythmes scolaires AUTREMENT



Dans le cadre de la réunion publique du 28 janvier, nous avons écouté des parents, enseignants et animateurs sur la question des rythmes scolaires. Lors de cette rencontre de grande qualité, nous avons aussi fait part de nos réflexions sur l'amélioration du système actuel, pour le bien des enfants.

Dans notre projet municipal, nous voulons conjuguer notre "autrement" de trois façons principales :

  • Partir du terrain et des réalités de vie des habitants.
  • Faire appel à l'intelligence de tous les Angevins, quels qu'ils soient.
  • Sortir des clivages habituels parfois stériles pour mieux servir l'intérêt général.

Nos principes d'action et d'amélioration des rythmes scolaires se basent sur cette approche et cette méthode. Vous trouverez donc ci-dessous nos propositions auxquelles nous joignons un questionnaire en ligne. Vous pourrez ainsi participer à ce débat majeur de la vie municipale.

La réforme des rythmes scolaires c’est quoi ? Dans les grands principes c’est permettre à nos enfants d’apprendre mieux tout en respectant leurs rythmes.
Comment ? Tout d’abord en allégeant leur journée de classe et en rajoutant la demi-journée du mercredi pour bénéficier du temps d’apprentissage favorable du matin.
Dans quels buts ? Permettre aux enfants d’apprendre mieux et d’être dans de meilleures conditions d’apprentissage tout en permettant l’accès à l’ouverture culturelle et aux pratiques sportives diversifiées.

Nos propositions :

  1.  Régularité des horaires quotidiens  et pour toutes les semaines Par exemple 8H35-11H55   14h-16h,
  2. Evolution des  « TAP » actuels vers des « Ateliers calmes et simples » : temps d’étude/garderie repensés, ateliers lecture, aide aux devoirs, jeux de société …avec la possibilité laissée aux enseignants pour leurs activités pédagogiques complémentaires (APC) en parallèle,
  3. En plus, offrir aux écoles de mettre en place sur l’année  4 à 6 « Semaines autrement » thématiques,à raison d’une semaine maximum par cycle de 7 semaines, soit de vacances à vacances avec l’appui des services de la Ville.

Quelques explications sur ces semaines autrement

Simulation sur l’année en cours :

6 semaines Autrement (maximum) 24h de classe dont  8 heures d’enseignement AUTREMENT  soit 4 demi-journées (semaine thématique/projet)
30 semaines dites Classiques avec 24 heures de classe avec décloisonnements possibles sur 9 demi-journées
Bilan horaires : Sur l’année aucun différentiel au niveau des heures d’enseignement.

Thèmes possibles des semaines autrement pour vos enfants :
  • Découverte du patrimoine (château, musées, ville, quartier)
  • Activités nautiques (voiles, kayak, natation ….)
  • Activités de plein air (pêche, découverte de la faune et de la flore)
  • Activités artistiques (peinture, modelage, création diverses)
  • Découverte et pratique de la musique en lien avec la galerie sonore
  • Pratique sportive ( golf, escalade, vélo, patinoire, , tir a l’arc, ….)
  • Prévention routière
  • Semaine cuisine
  • Semaine cinéma / vidéo
  • Semaine théâtre
  • Semaine Informatique
  • Et bien d’autres encore à recenser et à réfléchir ensemble

·         Avantages :

  • Une réelle ouverture culturelle pour nos enfants.
  • Des activités préparées et abouties mais surtout exploitables par les enseignants
  • Un réel allègement des journées de nos enfants  (5H30 de classe maximum dans la journée)
  • De réelles possibilités de décloisonnement et d’aménagement des rythmes de travail en classe pour les enseignants.
  • Une planification claire pour tous les parents.
  • Des horaires de travail plus convenables pour les équipes municipales (avec la possibilité de travailler dans les centres de loisirs et dans les écoles = plus de contrats temps pleins, moins de précarité).
  • Création d’une émulation entre les classes qui pourront partager leur expérience dans les écoles à travers des affichages ou des expositions.
  • Possibilité de mélanger les niveaux de classe afin de permettre le travail d’équipe des enseignants.
  • Réelle exploitation des installations sportives municipales  (patinoire, base du lac de Maine…).
  • Mise en avant du patrimoine de la ville (musée , château, quartier..).
  • Réduction des coûts de fonctionnement car le regroupement des heures permettra plus de recrutement direct et la mise en place de contrats moins précaires.
  • Réelle égalité de traitement entre toutes les écoles de la ville.
  • Réelle cohérence dans le projet éducatif de la ville, soutien réel à la construction des projets pédagogiques des écoles.
  • Libération  ou allègement de l’occupation des installations sportives municipales pour les cours d’EPS des collèges et lycées.
  • Moins d’intervenants différents auprès de nos enfants =  + de sécurité + de cohérence
  • Une réelle distinction des temps de classe et des Temps Autrement= plus de repères pour nos enfants.
  • On conserve un créneau d’une demi-heure par jour disponible toutes les semaines , pour permettre aux enseignants d’effectuer leurs activités pédagogiques complémentaires
  • On peut faire se rencontrer les différentes écoles sur un même lieu, plus d’échanges possibles.
  • Mutualisation des moyens à l’échelle de la ville.
  • Meilleure exploitation des centres de loisirs qui pourraient être des bases dédiées à des activités spécifiques.


Inconvénients :

  • Une planification claire et anticipée doit être faite.
  • Les activités Autrement devront être programmées peut être le matin (maternelles par exemple) ou l’après midi pour permettre à toutes les écoles d’avoir le choix dans les activités.
  • Les animateurs devront se former et travailler étroitement avec les enseignants afin de permettre une cohérence dans les apprentissages.
  • Les semaines Autrement ne seront pas identiques pour toute l’école ( à voir en fonction de l’avis des parents/enseignants / animateurs), cependant l’offre est la même pour toutes les écoles d’Angers.
  • Toutes les écoles ne pourront pas accéder à toutes les activités, cependant un roulement peut être instauré d’une année sur l’autre afin qu’en CM2 les élèves aient pu participer à tout.
  • Une mise en place de transport en bus sera souvent nécessaire.


Maintenant à nous et à vous de construire cette réforme pour qu’elle profite à nos enfants. Vous pouvez donnez votre avis et participer à ce projet en répondant au questionnaire participatif mis à votre disposition via ce lien :


Vous pouvez également nous adresser vos remarques et idées à l’adresse mail suivante :

Plus d'infos »

Pour un débat public sur les finances de la Ville d' Angers



Communiqué de presse



Lors des derniers conseils municipaux, notamment celui sur les orientations budgétaires, j’ai demandé qu’il puisse être organisé spécifiquement, et dans le cadre de la campagne des municipales, un débat public avec les candidats sur les finances de la ville.

La période électorale est  l’occasion pour des candidats d’avancer de multiples projets dont certains sont réalistes et d’autres non. Le temps n’est pas à la démagogie pour gagner des voix. Le projet de ma liste sera réalisable sans augmentation des taux d’impôts, contrairement à d’autres candidats.

A l’approche de la date du scrutin, il convient que tous les Angevins soient informés de l’évolution des projets, contraintes et ressources de la ville pour être totalement éclairés quant à leur choix final.

Pour ma part, je demande à nouveau aux médias locaux d’organiser ce débat.

J’interpelle les autres candidats pour se joindre à ma demande.

Les finances de la ville d’Angers ne sont plus celles d’avant. Dire le contraire serait mentir. Je souhaite le démontrer publiquement. Il existe des marges de manœuvre désormais beaucoup plus contraintes, il convient de les expliquer en toute responsabilité.

Plus d'infos »

Municipales 2014 : nouvelles propositions pour Angers et les angevins



À l’occasion de mes vœux, le 09 janvier, j’ai présenté plusieurs propositions qui figureront, parmi d’autres, dans le projet que je présenterai prochainement.

Rotureau, Angers, municipales, 2014

En matière économique : maintenir, consolider et développer l’emploi. 

  • Travail conjoint avec la Communauté d’agglomération qui a la compétence économie-emploi. Nous travaillerons pour fournir aux entreprises un plus fort sentiment de sécurité et de stabilité dans les décisions prises par la collectivité. 
  • « Une entreprise = un projet » : il sera proposé à chaque entreprise de choisir librement un projet dans lequel elle souhaite s’investir : le soutien à une micro-entreprise (technique, compétence, logistique, mise en réseau…), soutien à un projet associatif (sportif, culturel, solidaire…), soutien à un artiste, bourse à un étudiant qui part à l’étranger…
  • L’innovation comme maître mot : 
- en matière de collaboration, en œuvrant pour des relations partenariales plus constructives avec les collectivités qui nous entourent, avec les chambres consulaires, avec les réseaux et clubs d’entreprises (les entreprises de toutes tailles mais surtout les PME, TPE et y compris les commerçants et autres acteurs de la vie économique)
- pour répondre aux besoins du marché, assurer des visibilités d’entreprise, développer de nouvelles compétences chez les salariés et donc augmenter leur employabilité, trouver de nouvelles sources de motivation et renforcer le sentiment d’appartenance.

En matière culturelle : porter loin l’image d’Angers 

  • Organisation d’un grand événement à portée nationale « Angers en Mouvement ». L’objectif principal sera de porter loin l’image d’Angers, de renforcer les flux touristiques et de participer à la création d’une véritable identité culturelle pour Angers. Le choix se portera sur une discipline pour laquelle Angers dispose d’une réelle légitimité, et pour laquelle tous les Angevins peuvent se retrouver : un festival multidisciplinaire de danse : danse contemporaine (CNDC), danse classique, danse folklorique, danse de salon, danses régionales, danse moderne (hi-hop, rock)… Il s’agira d’un festival mixte (en salle et spectacles de rue), proposant des spectacles amateurs et des spectacles professionnels, conjuguant des offres gratuites et les spectacles payants…

En matière d’environnement : qu’Angers retrouve de sa superbe, soit heureuse d’être la ville du végétal, le mettre plus en pratique.


  • Mise en place d’un marché hebdomadaire aux fleurs, le mercredi matin, place du Ralliement, en partenariat avec les professionnels locaux.
  • Organisation de campagnes de plantations d’arbres, des jardins pédagogiques dans les écoles.
  • Fixation d’un objectif de réduction de la publicité papier distribuée dans les boites aux lettres de 30 %, pour les grandes surfaces et divers annonceurs.

En matière de mobilité : 
  • Mise en place de la première phase de la deuxième ligne de tramway : de la Gare au Parc expositions.

En matière de citoyenneté : 

Nous mobiliserons les Angevins. Nous ne croyons pas à une ville qui n’évoluerait que d’en haut, que par une avant-garde éclairée ou des idées imposées ! Notre façon de faire sera différente, les Angevins seront porteurs des changements, les entreprises aussi, les commerçants.

  • Mise en place de référendums : référendum d’initiative citoyenne et référendum décisionnel local, à l’initiative des élus. Dans ce dernier cas, les élus auront le souhait de consulter la population sur un projet ou un domaine précis. Ce n’est pas enlever du pouvoir aux élus que de vouloir redonner la parole aux citoyens plus fréquemment. C’est s’engager dans un management public plus conforme aux aspirations de notre société, cela renvoie aux conditions d’exercice de la gouvernance publique moderne. Il s’agit de s’éloigner de modèles parfois trop bureaucratiques et technocratiques axés sur des pratiques standardisées, avec aussi disons-le de temps en temps trop de rigidités, pour mettre d’avantage l’accent sur le changement, l’innovation, l’initiative, l’adaptabilité, la responsabilité, la gestion du risque, la transparence… 
  • Proposition d’une commission consultative d’attribution des subventions, pour exercer un regard sur l’existant, pour que la transparence soit la plus totale dans ce domaine. Des habitants siégeront dans cette commission.
  • Je ne revendiquerai pas la place de Président de l’Agglomération. La dimension d’agglomération devient de plus en plus importante. Je proposerai que le Maire d’Angers soit le Président Délégué, que l’on travaille main dans la main avec le Président et que l’ensemble des communes réfléchissent à un autre portage communautaire. Notre territoire n’avancera que par des communes toutes très motivées par notre développement d’agglo, ce n’est pas Angers contre les autres, c’est tous ensemble avec de mêmes enjeux. 
  • Plus de cumul de fonctions et une plus grande présence sur le terrain : le Maire et les Adjoints n’exerceront pas non plus de cumul avec d’autres fonctions exécutives dans les autres assemblées, même s’ils doivent être présents dans d'autres collectivités. Je demanderai à tous nos élus Angevins une grande présence sur le terrain.

En matière de finances : 

  • Organisation dès aujourd’hui d’un débat public. On ne peut pas tout promettre sans tenir compte des réalités financières. Oui, la prévision budgétaire de la ville est préoccupante, ce n’est pas être un oiseau de mauvais augure que de dire cela. C’est simplement dire la vérité. Je demande un débat public sur ce sujet, celui des finances de la ville.
Plus d'infos »
 


Rotureau.fr © 2013 | E-mail : jean-luc@rotureau.fr