Exposition : de Picasso à Messager

Jusqu'au 31 octobre prochain, le musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine d'Angers expose une trentaine d’œuvres originales qui retrace l'histoire de la tapisserie et du textile contemporain : Pablo Picasso, Georges Braque, Annette Messager...

Forum de la vie associative

forum agora angers
Les 7 et 8 novembre prochains, le parc des expositions accueille une nouvelle édition du forum de la vie associative AGORA. Près de 500 associations vous invitent à découvrir la richesse et le savoir-faire du monde associatif angevin...

Départementales 2015


Nous voici élus Conseillers Départementaux avec Marie-Hélène CHOUTEAU. Nous tenons à remercier chaleureusement tous nos électeurs pour leur soutien. 6051 voix se sont portées sur notre candidature soit 51,34 % des suffrages exprimés. Lire la suite

Conseil départemental 49 : mes interventions sur l'examen des finances et sur la fusion Sara/Sodomel



Lors de la session du conseil départemental du 18 avril j'ai été amené à m'exprimer sur deux dossiers principaux : l'un portait sur le rapport de la chambre régionale de la cour des comptes et l'examen des finances du département, et l'autre proposait une fusion des deux sociétés d'aménagement appelées la SARA et la SODEMEL. Ces deux sociétés étaient dirigées jusqu'ici indépendamment par la ville d'Angers pour la première et par le département pour la seconde. Vous trouverez donc mes interventions sur ces deux sujets.

Monsieur le Président, Chers Collègues,

Le rapport de la CRC valide ce que nous disons depuis longtemps déjà. D’ailleurs le précédent rapport daté du 20 mai 2011 alertait déjà notre assemblée sur le fait que la dynamique d’investissements enregistrée n’était pas soutenable à moyen terme (nous l’avions dit à l’époque). Il demandait également au département d’adopter un règlement budgétaire et financier. En réponse, vous répondiez alors que celui-ci serait adopté en 2011. En fait nous venons de le faire en février 2016… Faut-il à chaque rapport de la CRC, cinq années de retard pour le suivi des recommandations ? Il ne faudrait pas que la douceur Angevine se traduise ainsi, nous souhaitons bien évidemment plus de réactivité.
Le rapport que vous nous avez remis pour cette séance  aurait pu être discuté d’abord en commission des finances pour nous permettre d’aller au fond du dossier . Il commence par une phrase terrible de vérité : «  la situation du département est préoccupante » et « malgré les alertes de la chambre, la prise de conscience de la collectivité sur la disparition progressive de ses marges de manœuvre a été tardive ».

Comme nous vous le rappelions lors de la dernière session budgétaire, en plus de l’augmentation forte des dépenses sociales, c’est d’abord le haut niveau d’endettement qui explique les difficultés. Chaque année ce sont près de 45 millions qui sont englouties par la dette (capital + intérêts) avec un double effet désastreux : plus aucune marge de manœuvre pour l’investissement mais aussi obligation de réduire les dépenses de fonctionnement. La CRC nous donne deux chiffres comparatifs importants vis-à-vis des départements de même taille que le nôtre : une dette (en 2014) qui représente 72,89% des produits de fonctionnement contre 51,37 dans les départements de la strate, et une CAF nette de 9€ par habitant contre 57€ en moyenne dans les autres départements ! Ce dernier chiffre est qualifié par la chambre « d’indice net de décrochage de la collectivité »...
Le rapport note encore qu’à cadre législatif constant, la CAF nette du département serait négative à court terme.
Les chiffres que je viens de citer sont bien plus éclairants que la seule comparaison de l’endettement par habitant qui à lui seul ne dit rien de la situation en terme de prospective.
La dette à ce niveau, nous le disons depuis longtemps, est un fléau.

Monsieur le Président, nous vous soutenons quels que soient les gouvernements, de droite ou de gauche, quand il s’agit de réclamer à l’ETAT la compensation des allocations sociales. Admettez avec nous que s’il n’y a pas compensation de ces allocations et en même temps baisse des dotations aux collectivités, c’est bien parce que notre pays est endetté depuis trop longtemps et qu’il doit rétablir ses comptes. La dette retombe toujours sur les échelons du dessous, ce qui se passe avec l’ETAT en est une preuve.
Et ici en Maine et Loire, quand le département se trouve dans une situation dramatique financièrement, que fait-il ? Et bien de la restriction budgétaire, par exemple en supprimant des aides aux communes, en baissant drastiquement des subventions à la prévention spécialisée ou encore aux associations culturelles et sportives... Comme pour l’ETAT que je viens d’évoquer, à notre niveau la dette retombe toujours sur ceux du dessous ou qui dépendent de nous, y compris dans notre champ de responsabilité. C’est pour cela aussi que la dette à ce niveau est un poison !
Tout le monde a bien compris à travers vos propos introductifs Monsieur le Président que l’attaque est la meilleure défense. Vous attaquez l’ETAT et en soi vous avez raison.
Mais vous ne pouvez pas d’un côté critiquer vertement la politique nationale de restriction budgétaire due en grande partie à 30 ans d’endettement et appliquer la même chose ici... C’est la même logique que vous mettez en œuvre dans le département alors que vous la dénoncez ailleurs !

Maintenant les diagnostics que nous faisions ne peuvent plus être contestés ou minimisés, les choses sont de plus en plus claires. Il est nécessaire d’admettre ces vérités et de ne pas s’enfoncer un peu plus, ce qui n’empêche pas les choix.

Par exemple, et ce sera là ma conclusion, vous avez voulu accuser notre groupe de manière caricaturale de vouloir fermer le parc Terra Botanica alors que Grégory BLANC proposait une stratégie différente. Le rapport  de la CRC est très limpide au sujet du parc, je cite : «  la situation financière du département de Maine et Loire doit l’inciter à réduire sa contribution financière au fonctionnement de Terra Botanica et la chambre l’engage donc à réexaminer son implication, notamment lorsque les échéances liées aux subventions Européennes versées lui permettront ».
Fin 2014 vous avez commandé des études qui ont établi plusieurs scénarii pour l’avenir de Terra Botanica. Nous demandons à ce que ces différents scénarii soient rendus publics afin que nous soyons aussi à même de faire les meilleurs choix en 2017, année qui correspondra à la fin de notre engagement avec l’ Europe pour les subventions qu’elle a versées.

Ce rapport de la CRC implique donc à court terme que nous revisitions nos politiques dans leur ensemble, y compris sur les sujets dont vous ne voulez plus que l’on parle...


Fusion de la SARA et de la SODEMEL

Il est dommage que les rangs de l’assemblée s’éclaircissent car ce rapport est important.
Nous le voterons. C’est une bonne décision qui va dans le bon sens.

J’ai entendu tout à l’heure des propos inhabituels dans cette enceinte. Ici, nous sommes tous des élus légitimes, qui avons gagné sur nos cantons. Mais ce qui est important c’est d’abord de faire gagner nos territoires ! Nous ne sommes pas là pour défendre un clan... C’est l’intérêt général qui compte et rien d’autre. La grandeur de la politique c’est de ne pas être systématiquement dans des postures, dans l’invective pour le plaisir. La politique ce n’est pas : « je te file une baigne et je me casse » !
Non, il faut défendre nos points de vue, quels que soient les circonstances, quelles que soient les assemblées ou les alliances. Il est nécessaire de tracer un chemin et de le garder dans la durée, sans dévier de ses idées fondamentales.

Sur cette délibération, je voudrais dire qu’ayant été vice-président à l’urbanisme dans une grande agglomération de notre département et adjoint au Maire à l’urbanisme dans la ville centre de cette agglo, j’approuve ce choix qui nous est proposé. J’ai connu un quartier, les Hauts de St Aubin où, sur le même quartier, il y avait la SODEMEL d’un côté de l’autoroute et la SARA de l’autre côté. Ce sont les mêmes habitants, avec les mêmes vies, les mêmes soucis, parfois les mêmes écoles pour les enfants, bref un même territoire... Et bien du fait qu’il y avait deux sociétés avec deux logiques différentes on arrivait à un développement du quartier qui n’était pas le même d’un côté ou de l’autre de l’autoroute, qui n’allait pas au même rythme, avec deux logiques différentes. Ce n’était pas normal et un non sens.

Le regroupement va dans le sens de ce que nous souhaitons en termes de mutualisation, comme nous avons pu le défendre par exemple dans le cas du PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) ou encore le SCOT (schéma de cohérence territoriale) ou parfois les communes nouvelles. Tout cela va dans le sens de l’histoire. Il faut dépasser les intérêts de clocher, ne fabriquons pas des frontières inutiles. Ce n’est pas la question du capital qui est importante. Enfin, certes, je ne suis pas un perdreau de l’année ou un enfant de chœur, elle est importante mais pas fondamentale. La vraie question c’est de savoir ce que nous impose cette période que nous vivons. Ce qui est important c’est ce que nous allons faire de ces outils et ce qui sera bon pour le territoire et l’intérêt général.
C’est la seule chose qui nous préoccupe sur ce dossier comme sur les autres que nous défendons ici dans cette assemblée.

C’est la seule chose qui intéresse nos concitoyens. Le reste n’est que pacotille !
Plus d'infos »

Ma réaction sur le projet de nouvelle patinoire à Angers



Le projet de patinoire pour le mandat actuel est un beau projet. Son architecture semble tout à fait s'intégrer dans le quartier encore en devenir de St Serge et la présence de deux pistes de glace une garantie de permettre à tous les Angevins de profiter de la patinoire. Compte tenu des contraintes financières, il y aura vraisemblablement peu d'autres projets d'investissements sportifs dans ce mandat.
Il faut donc tout faire pour réaliser la patinoire dans le mandat. C'est un projet indispensable pour le club de l'ASGA, et notamment sa section hockey sur glace, qui depuis de très nombreuses années évolue au plus haut niveau en portant les couleurs de la ville. La transformation du club en SASP, qui appellera à terme moins de participation financière publique, la fidélisation d'un club partenaires et le nombre croissant de spectateurs justifient une nouvelle patinoire, tout comme le besoin pour les autres sections (danse et patinage) d'une autre piste. C'est aussi une possibilité pour de nombreux Angevins, non licenciés au club, de profiter d'un équipement de loisir important sur le territoire de l'agglomération.


L'emplacement de la future patinoire est celui que nous privilégions avec notre liste municipale. Ce quartier du cinéma Multiplexe et de futurs projets pour tout le secteur St Serge, est un quartier jeune, à proximité de l'Université et du centre ville, très accessible par le tramway. Cet équipement structurera et accélérera l'urbanisation du secteur.

Nous disions dans notre programme qu'il y avait deux conditions pour la réalisation de cette patinoire : celle de la bonne tenue sportive et financière du club et celle des ressources de la ville. Sur le premier point, il semble que le club continue de se structurer et résorbe petit à petit les difficultés de trésorerie qu'il a pu rencontrer dans le passé. L'équipement lui fera atteindre une dimension supplémentaire. Il est de responsabilité de la ville de l'accompagner.

Restent les ressources de la ville... Nous avons bien vu comment la ligne entière de tramway a été reportée (au passage c'est bien pour cela que nous ne proposions qu'une demi-ligne dans ce mandat).
Nous faisons donc deux suggestions aux élus de la ville :
  • ne pas réaliser dans ce mandat le pont prévu pour le tramway car d'une part il ne servira à rien puisque la ligne est repoussée et d'autre part il n'est pas utile de figer un tracé pour un mandat suivant. Personne ne sait ce que réserve l'avenir. Bien que le financement soit d'agglomération, une partie des financements environnants reviendront à la ville et ces dépenses pourront être mobilisées sur d'autres projets tels que celui de la patinoire.
  • solliciter la communauté urbaine pour une prise en charge de cet équipement. Nous suggérions dans la campagne municipale que les grands équipements sportifs et culturels soient de la compétence de l'agglomération compte tenu de l'impact et de la fréquentation de ceux-ci par une population bien plus large que celle de la seule ville d'Angers. La logique et le bon sens justifient cette démarche et la plupart des grandes agglomérations sont déjà dans cette réalité. C'est l'occasion rêvée pour Angers de soulever le débat et de relever ce défi. Si la communauté urbaine veut franchir un cap, c'est le moment où jamais !"
Plus d'infos »

Pas de ligne B à Angers durant ce mandat : le communiqué de presse de Nouvel Elan



Selon les informations publiées, la seconde ligne de tramway à Angers ne verra le jour qu’en 2022, c’est-à-dire dans le mandat municipal futur.



Lors de la campagne des élections municipales de 2014, la liste « l’énergie de faire » que je conduisais était la seule liste qui disait qu’une ligne B complète ne serait pas possible compte tenu de la réalité des finances. Nous avions démontré par ailleurs que non seulement se posait la question du financement de l’investissement mais aussi celle du fonctionnement ; financement non résolu sans augmentation des impôts ou augmentation de la part des collectivités. Nous savions que la ligne entière était impossible dans le mandat 2014-2020, non financée et non finançable malgré les propositions de plusieurs autres listes dont la celle de la majorité actuelle.

La demi-ligne que nous suggérions comme première étape de la ligne B rejoignait Monplaisir au centre ville, était bien moins coûteuse que l’autre demi-ligne en évitant notamment le surcoût d’un second pont sur la Maine. Cette demi-ligne aurait sans doute du être étudiée prioritairement compte tenu de la nécessité de revitaliser le quartier Monplaisir.

L’actualité prouve que nos propositions étaient les plus réalistes.

Nouvel Elan
Plus d'infos »

Régionales 2015 : notre position pour le second tour en Pays de la Loire



Dimanche dernier le scrutin des Régionales a placé le Front National en tête de tous les partis en France. Ce vote souligne le désarroi et les inquiétudes des Français face à l’avenir, le besoin d'une autre politique, et leur exaspération quant aux partis "traditionnels" qui peinent à trouver des solutions à leurs problèmes .
En Pays de la Loire, les électeurs ont permis à trois listes de se maintenir au second tour.

Avant le premier tour, Nouvel Elan avait invité les Angevins à étudier chacune des listes en présence afin de voter pour celle correspondant le mieux à leurs valeurs et répondant le mieux à leurs aspirations pour un avenir meilleur en Pays de la Loire. Cette position était pour nous conforme à notre souci de recherche d'une plus grande citoyenneté.

Dans le cadre du second tour, et compte tenu des trois listes restantes, la liste conduite par Christophe Clergeau est celle dont le projet est le plus proche de nos valeurs et le plus apte à relever les défis posés. Aussi, nous appelons clairement les électeurs angevins à voter pour cette liste dans l’objectif de répondre aux grands enjeux qui se présentent à nous. Nous invitons par ailleurs Monsieur Clergeau à entendre le message des électeurs qui aspirent à une meilleure écoute du terrain, à la rénovation des pratiques politiques et à plus de citoyenneté.

Communiqué de presse de Nouvel Elan Pour une Citoyenneté Active (9 décembre 2015)
Plus d'infos »

Régionales 2015 : notre position



Les 6 et 13 décembre prochains, les Français sont invités à désigner leurs représentants dans les Conseils Régionaux.


Le Conseil d’Administration de Nouvel Élan a souhaité, avec ses adhérents et sympathisants, engager une réflexion sur ce prochain scrutin afin de définir une position conforme à nos convictions et aux valeurs qui fondent notre jeune mouvement.
Nous ne serons présents sur aucune des listes candidates en Pays de la Loire. Nous souhaitons néanmoins faire connaitre notre analyse sur trois listes.

La liste PS menée par Christophe CLERGEAU s’est partiellement ouverte à d’autres mouvements de gauche ou de centre gauche. Parmi ceux-ci  CAP21 dont les valeurs et la ligne politique sont très proches des nôtres mais nous n’avons pas été sollicités en tant que Nouvel élan pour donner notre point de vue sur la composition de cette liste et sur le projet. S’il y a le souci d’ouverture, force est de constater que les dirigeants du PS n’ont pas tiré les leçons des échecs des élections municipales à Angers et ailleurs. Certains des dirigeants restent sourds aux interrogations de la société civile. Eloignés de la base ils creusent encore le fossé qui les sépare des citoyens en quête de solutions nouvelles pour une société différente et plus solidaire.

Notre mouvement est porté par une farouche volonté de renouvellement des partis qui donne du sens à la démocratie et par le souhait d’une plus grande participation des citoyens à la vie publique. La refondation du débat politique est une absolue nécessité pour construire ensemble les solutions aux grands enjeux que sont le bien vivre ensemble, la nouvelle économie et le respect des générations futures. 

La liste Les Républicains nous apparait dangereuse pour le bien vivre ensemble en Pays de Loire. Ce parti et son leader, Bruno RETAILLEAU, ne nous paraissent pas aptes à rassembler, à fédérer. Proche de Philippe de Villiers, même s’il a pris des distances avec celui-ci, Bruno RETAILLEAU est devenu Sarkosyste, opposé au mariage pour tous et soupçonné de collusion avec certaines associations conservatrices anti IVG, refusant de prendre en compte l’évolution de notre société, il n’est pas porteur d’un projet de modernisation  de la société dans notre région. Candidat à la Présidence des Pays de la Loire, il est aussi Sénateur, membre de la commission de la Culture, de l’Education et de la Communication au Sénat et Président du groupe Les Républicains au palais du Luxembourg . Bref il cumule divers mandats, ce dont les citoyens français (toute tendances confondues) ne veulent plus et ce qui nous prépare une Présidence à mi-temps si sa liste gagnait cette élection. Ceci ne nous semble pas acceptable compte tenu des enjeux et de l’importance de la région.

Quant à la candidature FN, elle n’apporte aucune solution et nous apparait être un très grand danger pour notre Région et d’une façon générale pour la Nation. Cette candidature appelle les Français à couper la branche sur laquelle ils sont assis en remettant en cause les fondements de notre société. Il est certain que l’attitude des partis républicains qui ne sont plus assez à l’écoute de la population est considérablement responsable de la montée du FN. Mais il n’est plus temps de combattre ce parti et ses idées à coup de vaines formules. Il faut désormais montrer par des actes et des résultats la capacité des partis républicains à améliorer le quotidien des citoyens et à définir une ligne directrice claire, cohérente, porteuse d’espoirs et d’ambition. 

Nous attendons de la part des candidats un véritable projet de fond et d’ensemble pour la Région de demain et non pas des mesures éparses.

Aussi nous invitons les Angevins à sortir des clivages stériles dans lesquels les partis tentent parfois de les enfermer. Pour le premier tour des élections régionales le 6 Décembre prochain, nous les invitons à s’informer sur les projets des 10 listes en présence, à en faire une lecture critique et à voter au premier tour pour celle qui sera la plus proche de leurs valeurs. 

Plus d'infos »

Assemblée Générale de l’Association des Capucins



Comme tous les ans, l’association des Capucins a tenu son AG dans ses locaux à Angers.

Le 12 Septembre dernier, la Présidente Annie LIVENAIS a rappelé combien l’association est attentive à tous les événements qui font la vie du quartier des Hauts de St Aubin.

Parmi les événements de l’année écoulée, le départ du théâtre en bois qui a amené beaucoup de liens entre les habitants et une vie culturelle sur le quartier.
La fête du square des Capucins, la vie de la dizaine d’ateliers, la préparation de la 2ème Université Populaire du goût ont été au cœur du rapport d’activité.

L’association des Capucins participe aussi activement aux réflexions sur l’aménagement du quartier en donnant son avis sur les choix faits par les élus. Elle souhaite travailler à la construction des lieux de vie, en particulier pour la construction de la future maison de quartier.

Pour le projet de quartier, l’association souhaite que celui-ci précise dès le début la place des acteurs (habitants, associations, professionnels, élus) ainsi que les marges de manœuvre existantes.

Enfin le besoin d’accueil, de soutien et d’aide aux habitants qui rencontrent des difficultés a été rappelé. L’association a ici toute sa place !

Après le traditionnel rapport financier et l’élection du Conseil d’Administration, c’est le non moins habituel pot de l’amitié qui clôture cette AG.
Plus d'infos »
 

Rotureau.fr © 2013 | E-mail : jean-luc@rotureau.fr