L'énergie de faire !


Le 31 janvier 2014, j' ai convié la presse aux Salons Curnonsky dans le cadre de la présentation officielle de ma liste pour les municipales à Angers. Venez découvrir l'ensemble des visages qui la composent sur mon site de campagne !

Made in Angers 2014

Du 21 février au 21 mars 2014, les entreprises angevines vous ouvrent leurs portes à l'occasion de la 14ème édition de Made in Angers : visites d'entreprises, soirée innovation, forum pour l'emploi, week-end des métiers d'art...

A la rencontre des quartiers angevins

Permanence mobile Rotureau 2014
A partir du 5 décembre 2013, nous venons à votre rencontre dans les quartiers angevins grâce à la permanence mobile ! Les habitants et commerçants de chaque quartier sont invités à échanger avec Jean-Luc Rotureau et son équipe.

Les rythmes scolaires AUTREMENT



Dans le cadre de la réunion publique du 28 janvier, nous avons écouté des parents, enseignants et animateurs sur la question des rythmes scolaires. Lors de cette rencontre de grande qualité, nous avons aussi fait part de nos réflexions sur l'amélioration du système actuel, pour le bien des enfants.

Dans notre projet municipal, nous voulons conjuguer notre "autrement" de trois façons principales :

  • Partir du terrain et des réalités de vie des habitants.
  • Faire appel à l'intelligence de tous les Angevins, quels qu'ils soient.
  • Sortir des clivages habituels parfois stériles pour mieux servir l'intérêt général.

Nos principes d'action et d'amélioration des rythmes scolaires se basent sur cette approche et cette méthode. Vous trouverez donc ci-dessous nos propositions auxquelles nous joignons un questionnaire en ligne. Vous pourrez ainsi participer à ce débat majeur de la vie municipale.

La réforme des rythmes scolaires c’est quoi ? Dans les grands principes c’est permettre à nos enfants d’apprendre mieux tout en respectant leurs rythmes.
Comment ? Tout d’abord en allégeant leur journée de classe et en rajoutant la demi-journée du mercredi pour bénéficier du temps d’apprentissage favorable du matin.
Dans quels buts ? Permettre aux enfants d’apprendre mieux et d’être dans de meilleures conditions d’apprentissage tout en permettant l’accès à l’ouverture culturelle et aux pratiques sportives diversifiées.

Nos propositions :

  1.  Régularité des horaires quotidiens  et pour toutes les semaines Par exemple 8H35-11H55   14h-16h,
  2. Evolution des  « TAP » actuels vers des « Ateliers calmes et simples » : temps d’étude/garderie repensés, ateliers lecture, aide aux devoirs, jeux de société …avec la possibilité laissée aux enseignants pour leurs activités pédagogiques complémentaires (APC) en parallèle,
  3. En plus, offrir aux écoles de mettre en place sur l’année  4 à 6 « Semaines autrement » thématiques,à raison d’une semaine maximum par cycle de 7 semaines, soit de vacances à vacances avec l’appui des services de la Ville.

Quelques explications sur ces semaines autrement

Simulation sur l’année en cours :

6 semaines Autrement (maximum) 24h de classe dont  8 heures d’enseignement AUTREMENT  soit 4 demi-journées (semaine thématique/projet)
30 semaines dites Classiques avec 24 heures de classe avec décloisonnements possibles sur 9 demi-journées
Bilan horaires : Sur l’année aucun différentiel au niveau des heures d’enseignement.

Thèmes possibles des semaines autrement pour vos enfants :
  • Découverte du patrimoine (château, musées, ville, quartier)
  • Activités nautiques (voiles, kayak, natation ….)
  • Activités de plein air (pêche, découverte de la faune et de la flore)
  • Activités artistiques (peinture, modelage, création diverses)
  • Découverte et pratique de la musique en lien avec la galerie sonore
  • Pratique sportive ( golf, escalade, vélo, patinoire, , tir a l’arc, ….)
  • Prévention routière
  • Semaine cuisine
  • Semaine cinéma / vidéo
  • Semaine théâtre
  • Semaine Informatique
  • Et bien d’autres encore à recenser et à réfléchir ensemble

·         Avantages :

  • Une réelle ouverture culturelle pour nos enfants.
  • Des activités préparées et abouties mais surtout exploitables par les enseignants
  • Un réel allègement des journées de nos enfants  (5H30 de classe maximum dans la journée)
  • De réelles possibilités de décloisonnement et d’aménagement des rythmes de travail en classe pour les enseignants.
  • Une planification claire pour tous les parents.
  • Des horaires de travail plus convenables pour les équipes municipales (avec la possibilité de travailler dans les centres de loisirs et dans les écoles = plus de contrats temps pleins, moins de précarité).
  • Création d’une émulation entre les classes qui pourront partager leur expérience dans les écoles à travers des affichages ou des expositions.
  • Possibilité de mélanger les niveaux de classe afin de permettre le travail d’équipe des enseignants.
  • Réelle exploitation des installations sportives municipales  (patinoire, base du lac de Maine…).
  • Mise en avant du patrimoine de la ville (musée , château, quartier..).
  • Réduction des coûts de fonctionnement car le regroupement des heures permettra plus de recrutement direct et la mise en place de contrats moins précaires.
  • Réelle égalité de traitement entre toutes les écoles de la ville.
  • Réelle cohérence dans le projet éducatif de la ville, soutien réel à la construction des projets pédagogiques des écoles.
  • Libération  ou allègement de l’occupation des installations sportives municipales pour les cours d’EPS des collèges et lycées.
  • Moins d’intervenants différents auprès de nos enfants =  + de sécurité + de cohérence
  • Une réelle distinction des temps de classe et des Temps Autrement= plus de repères pour nos enfants.
  • On conserve un créneau d’une demi-heure par jour disponible toutes les semaines , pour permettre aux enseignants d’effectuer leurs activités pédagogiques complémentaires
  • On peut faire se rencontrer les différentes écoles sur un même lieu, plus d’échanges possibles.
  • Mutualisation des moyens à l’échelle de la ville.
  • Meilleure exploitation des centres de loisirs qui pourraient être des bases dédiées à des activités spécifiques.


Inconvénients :

  • Une planification claire et anticipée doit être faite.
  • Les activités Autrement devront être programmées peut être le matin (maternelles par exemple) ou l’après midi pour permettre à toutes les écoles d’avoir le choix dans les activités.
  • Les animateurs devront se former et travailler étroitement avec les enseignants afin de permettre une cohérence dans les apprentissages.
  • Les semaines Autrement ne seront pas identiques pour toute l’école ( à voir en fonction de l’avis des parents/enseignants / animateurs), cependant l’offre est la même pour toutes les écoles d’Angers.
  • Toutes les écoles ne pourront pas accéder à toutes les activités, cependant un roulement peut être instauré d’une année sur l’autre afin qu’en CM2 les élèves aient pu participer à tout.
  • Une mise en place de transport en bus sera souvent nécessaire.


Maintenant à nous et à vous de construire cette réforme pour qu’elle profite à nos enfants. Vous pouvez donnez votre avis et participer à ce projet en répondant au questionnaire participatif mis à votre disposition via ce lien :


Vous pouvez également nous adresser vos remarques et idées à l’adresse mail suivante :

Plus d'infos »

Pour un débat public sur les finances de la Ville d' Angers



Communiqué de presse



Lors des derniers conseils municipaux, notamment celui sur les orientations budgétaires, j’ai demandé qu’il puisse être organisé spécifiquement, et dans le cadre de la campagne des municipales, un débat public avec les candidats sur les finances de la ville.

La période électorale est  l’occasion pour des candidats d’avancer de multiples projets dont certains sont réalistes et d’autres non. Le temps n’est pas à la démagogie pour gagner des voix. Le projet de ma liste sera réalisable sans augmentation des taux d’impôts, contrairement à d’autres candidats.

A l’approche de la date du scrutin, il convient que tous les Angevins soient informés de l’évolution des projets, contraintes et ressources de la ville pour être totalement éclairés quant à leur choix final.

Pour ma part, je demande à nouveau aux médias locaux d’organiser ce débat.

J’interpelle les autres candidats pour se joindre à ma demande.

Les finances de la ville d’Angers ne sont plus celles d’avant. Dire le contraire serait mentir. Je souhaite le démontrer publiquement. Il existe des marges de manœuvre désormais beaucoup plus contraintes, il convient de les expliquer en toute responsabilité.

Plus d'infos »

Municipales 2014 : nouvelles propositions pour Angers et les angevins



À l’occasion de mes vœux, le 09 janvier, j’ai présenté plusieurs propositions qui figureront, parmi d’autres, dans le projet que je présenterai prochainement.

Rotureau, Angers, municipales, 2014

En matière économique : maintenir, consolider et développer l’emploi. 

  • Travail conjoint avec la Communauté d’agglomération qui a la compétence économie-emploi. Nous travaillerons pour fournir aux entreprises un plus fort sentiment de sécurité et de stabilité dans les décisions prises par la collectivité. 
  • « Une entreprise = un projet » : il sera proposé à chaque entreprise de choisir librement un projet dans lequel elle souhaite s’investir : le soutien à une micro-entreprise (technique, compétence, logistique, mise en réseau…), soutien à un projet associatif (sportif, culturel, solidaire…), soutien à un artiste, bourse à un étudiant qui part à l’étranger…
  • L’innovation comme maître mot : 
- en matière de collaboration, en œuvrant pour des relations partenariales plus constructives avec les collectivités qui nous entourent, avec les chambres consulaires, avec les réseaux et clubs d’entreprises (les entreprises de toutes tailles mais surtout les PME, TPE et y compris les commerçants et autres acteurs de la vie économique)
- pour répondre aux besoins du marché, assurer des visibilités d’entreprise, développer de nouvelles compétences chez les salariés et donc augmenter leur employabilité, trouver de nouvelles sources de motivation et renforcer le sentiment d’appartenance.

En matière culturelle : porter loin l’image d’Angers 

  • Organisation d’un grand événement à portée nationale « Angers en Mouvement ». L’objectif principal sera de porter loin l’image d’Angers, de renforcer les flux touristiques et de participer à la création d’une véritable identité culturelle pour Angers. Le choix se portera sur une discipline pour laquelle Angers dispose d’une réelle légitimité, et pour laquelle tous les Angevins peuvent se retrouver : un festival multidisciplinaire de danse : danse contemporaine (CNDC), danse classique, danse folklorique, danse de salon, danses régionales, danse moderne (hi-hop, rock)… Il s’agira d’un festival mixte (en salle et spectacles de rue), proposant des spectacles amateurs et des spectacles professionnels, conjuguant des offres gratuites et les spectacles payants…

En matière d’environnement : qu’Angers retrouve de sa superbe, soit heureuse d’être la ville du végétal, le mettre plus en pratique.


  • Mise en place d’un marché hebdomadaire aux fleurs, le mercredi matin, place du Ralliement, en partenariat avec les professionnels locaux.
  • Organisation de campagnes de plantations d’arbres, des jardins pédagogiques dans les écoles.
  • Fixation d’un objectif de réduction de la publicité papier distribuée dans les boites aux lettres de 30 %, pour les grandes surfaces et divers annonceurs.

En matière de mobilité : 
  • Mise en place de la première phase de la deuxième ligne de tramway : de la Gare au Parc expositions.

En matière de citoyenneté : 

Nous mobiliserons les Angevins. Nous ne croyons pas à une ville qui n’évoluerait que d’en haut, que par une avant-garde éclairée ou des idées imposées ! Notre façon de faire sera différente, les Angevins seront porteurs des changements, les entreprises aussi, les commerçants.

  • Mise en place de référendums : référendum d’initiative citoyenne et référendum décisionnel local, à l’initiative des élus. Dans ce dernier cas, les élus auront le souhait de consulter la population sur un projet ou un domaine précis. Ce n’est pas enlever du pouvoir aux élus que de vouloir redonner la parole aux citoyens plus fréquemment. C’est s’engager dans un management public plus conforme aux aspirations de notre société, cela renvoie aux conditions d’exercice de la gouvernance publique moderne. Il s’agit de s’éloigner de modèles parfois trop bureaucratiques et technocratiques axés sur des pratiques standardisées, avec aussi disons-le de temps en temps trop de rigidités, pour mettre d’avantage l’accent sur le changement, l’innovation, l’initiative, l’adaptabilité, la responsabilité, la gestion du risque, la transparence… 
  • Proposition d’une commission consultative d’attribution des subventions, pour exercer un regard sur l’existant, pour que la transparence soit la plus totale dans ce domaine. Des habitants siégeront dans cette commission.
  • Je ne revendiquerai pas la place de Président de l’Agglomération. La dimension d’agglomération devient de plus en plus importante. Je proposerai que le Maire d’Angers soit le Président Délégué, que l’on travaille main dans la main avec le Président et que l’ensemble des communes réfléchissent à un autre portage communautaire. Notre territoire n’avancera que par des communes toutes très motivées par notre développement d’agglo, ce n’est pas Angers contre les autres, c’est tous ensemble avec de mêmes enjeux. 
  • Plus de cumul de fonctions et une plus grande présence sur le terrain : le Maire et les Adjoints n’exerceront pas non plus de cumul avec d’autres fonctions exécutives dans les autres assemblées, même s’ils doivent être présents dans d'autres collectivités. Je demanderai à tous nos élus Angevins une grande présence sur le terrain.

En matière de finances : 

  • Organisation dès aujourd’hui d’un débat public. On ne peut pas tout promettre sans tenir compte des réalités financières. Oui, la prévision budgétaire de la ville est préoccupante, ce n’est pas être un oiseau de mauvais augure que de dire cela. C’est simplement dire la vérité. Je demande un débat public sur ce sujet, celui des finances de la ville.
Plus d'infos »

Ma réponse au secrétariat national du Parti Socialiste



Le Parti Socialiste a officiellement voté aujourd’hui mon « exclusion » pour reprendre leur terme, suite à ma candidature aux municipales angevines.



Dans un courrier adressé au secrétariat national du PS, j’explique ma vision des choses :

«  Je pense que l’indispensable responsabilité impose aussi des choix et nécessite de dire la vérité. Je ne me retrouve pas dans ce PS qui là encore, selon les cas, tient plusieurs discours selon les lieux et les moments, qu’il soit  dans la majorité ou dans l’opposition. Je souhaite de la cohérence, peu importe d’où viennent les idées, pourvu qu’elles soient justes.
(…)
Les questions essentielles sont ailleurs. Des mutations profondes amèneront certainement d’autres façons de concevoir la politique et de la pratiquer. Ces querelles sont peu de choses à l’échelle des difficultés à régler, des vrais problèmes. La seule question qui vaille pour les semaines à venir est celle de l’avenir de nos concitoyens, de notre ville et de notre pays. Le reste n’est qu’enfantillage. »


Ci-dessous le courrier complet.





Plus d'infos »

Mon intervention sur le débat d' orientations budgétaires 2014




Voici mon intervention au conseil municipal du 6 janvier 2014, sur le débat d'orientations budgétaires.

Nous sommes réunis ce soir pour le débat d' orientations budgétaires 2014. Le dernier conseil municipal du 18 Décembre avait déjà été l’occasion d’échanges entre nous sur le budget à venir.

Dans les arguments que j’évoquais alors, je m’étonnais qu’on décide d’engagements financiers importants pour 2014 avant d’avoir une lisibilité budgétaire totale pour cette année et surtout pour les années futures. Je parlais des augmentations de frais de fonctionnement et de la diminution de l’autofinancement et donc de nos marges d’action. Je ne partageais pas certains choix de programmation autour du projet Rives Nouvelles qui se ferait au détriment d’autres urgences pour la population.

Le projet de débat d'orientations budgétaires que nous avons reçu me conforte dans mes affirmations et me donne  raison ! Il est la preuve même du glissement qui est en train de s’opérer.

Je voudrais évoquer ce soir plusieurs points :
  • la diminution continue et trop forte de notre autofinancement
  • le montant trop élevé de nos investissements par rapport à nos possibilités
  • et aussi un exemple de besoin non couvert du fait de ces choix.
  • Enfin la prospective  inquiétante.
Concernant notre autofinancement, il tombe en autofinancement net à 12 Millions alors qu’il était de 30 à 40 millions en début de mandat, après avoir atteint un niveau exceptionnel de 47 millions fin 2005.

Cette diminution constante de l’autofinancement pose la question de la hauteur de nos investissements puisque tout ce qui n’est pas financé par la différence entre nos recettes et dépenses de fonctionnement devra l’être par d’autres ressources. Il n’est pas normal que l’emprunt représente cette année plus de 50% du financement de nos investissements quand l’autofinancement sera lui à une hauteur de 16%. Je rappelle que nous financions nos 66 millions d’ investissements de 2007 par 30 millions d’épargne et par des emprunts envisagés de moins de 30%.

Pour les années à venir, en fonction du Plan Pluriannuel d’investissement, l’annuité de la dette, majorée de la dérive de la section de fonctionnement devrait rapidement dépasser l’autofinancement de 2014. Les dépenses de fonctionnement 2014, avec c’est vrai des dépenses exceptionnelles, augmentent de 12 millions d’euros quand les recettes elles le font de 4,5 millions. On accroit donc nos difficultés de plus de 7 millions par an !

Cette baisse régulière, forte et continue de l’autofinancement devrait inciter à modifier le niveau d’investissement et le hiérarchiser. Il est très élevé. Je regrette, non pas son niveau important en période de crise car il y a besoin d’un niveau d’activités soutenues par le secteur public, mais l’intégration de dépenses d’investissement dont la programmation pouvait attendre, je pense aux 6 millions de Rives Nouvelles dont l’urgence n’est absolument pas démontrée.
Depuis  3 à 4 ans, il avait été proposé de contenir les investissements autour de 50 millions maximum pour préserver les choix à venir. Dans les faits,  les investissements ont toujours été autour de 65 millions par an, bien plus élevés que ce qui est réaliste. Nos choix ne sont pas bons sur la programmation je l’ai dit. Il y a une clarté à avoir dans le débat public.

Nous ne pouvons pas réaliser certains investissements nécessaires parce que d’autres choix sont faits, comme celui des 6 millions pour Rives nouvelles en 2014 ou celui de la patinoire en 2015, ce n’est pas raisonnable.

Je prends par exemple l’indispensable réhabilitation, rénovation de logements de Belle-Beille. Le bailleur public se voit refuser 360 000 euros en 2014  pour ces besoins urgents. Cause : impossibilité budgétaire. Allez expliquer que ces réhabilitations sont moins importantes que la promenade du bout du monde ou le quai Monge ou la patinoire. Moi je n’irai pas ! Combien pourrons-nous consacrer au logement par an à partir de 2014 ? Combien pourrons-nous consacrer à des travaux de maintenance, à la propreté, à l’entretien de la voirie, à la vie des quartiers ou à des besoins de quotidienneté, de la vie courante des Angevins ?

Je m’oppose une fois de plus à cette vision qui ferait apparaître des grands projets ambitieux et de l’autre des petits projets répondant aux besoins plus immédiats de la population. Il faut conjuguer les deux avec bon sens et bonne gestion des deniers publics.

Je suis prêt à un débat public exclusif sur les finances lors de la campagne électorale, je demande ce débat public afin que les Angevins s’approprient clairement les enjeux et qu’on ne leur promette pas la lune + 10% !

Enfin sur la prospective et le Plan Pluriannuel d’investissement, le très haut niveau d’investissement ne sera pas atteignable tel que projeté aujourd’hui dans notre document. Je sais bien que cet exercice n’est pas facile car trop de paramètres sont inconnus tels que les ressources provenant de l’ETAT par exemple. Mais n’ayons pas d’illusions…Nos ressources extérieures augmenteront peu, voire stagneront ou diminueront.
Alors une véritable prospective consiste à poser les enjeux de demain, la ville que nous voulons et à regarder tout ce qui est réalisable dans un cadre contraint que nous connaissons.

L’ambition, c’est porter un projet et le rendre réalisable.
Plus d'infos »

Rives Nouvelles : mon intervention au conseil municipal



Rives nouvelles, Angers, Rotureau

Lors du conseil municipal qui s'est tenu hier, nous avons débattu du projet "Rives Nouvelles" en conseil Municipal. C'est un beau projet, je l'ai réaffirmé, un projet qui engage la ville sur le long terme
Pour autant la programmation me pose problème au regard des capacités budgétaires de la ville et des autres projets déjà engagés ou à engager. Délibérer sur ce sujet si important pose problème également à 3 mois d'une échéance municipale.

Vous trouverez ci-dessous le texte de mon intervention.

Nous avons ce soir 7 délibérations qui concernent le projet "Rives nouvelles". Avant d’examiner ces dossiers, je voudrais donner ma position sur les propositions qui nous sont faites.

Le projet "Rives Nouvelles" est un beau projet, un magnifique projet pour les années et décennies à venir. Il s’agit de transformer 300 hectares en cœur de ville, en cœur d’agglomération, il s’agit donc de bâtir la ville de demain, d’amener des possibilités d’activités, d’emplois et de logements et de changer son paysage en bord de rivière. Je ne peux que me satisfaire de tout le travail considérable qui a été accompli jusqu’ici, tant dans les équipes mairie ou Société Publique Locale, qu’avec les prestataires extérieurs, dont l’équipe de Monsieur GRETHER en premier lieu. Un grand bravo !

Je pense que ceux qui réduisent le débat à la question des voies routières ont tort. Ce débat est certes très important et il faudra le régler mais il peut aussi être réducteur compte tenu de l’ampleur du projet d’urbanisme. La concertation avec le Conseil Général est, et sera indispensable sur la question des aménagements routiers à apporter mais ce n’est pas la priorité absolue, il faudra aussi construire cette concertation dans le temps.

Une fois que j’ai dit tout le bien que je pense de ce projet, je voudrais cependant m’étonner de la forme et des délais qui nous sont proposés. Et ce pour deux raisons :

1. Nous sommes à trois mois d’un renouvellement municipal et quelques soient les résultats des urnes, il y aura lieu début avril de mettre à plat les différents projets de la ville, engagés ou à engager. Un minimum serait d’attendre ce printemps pour proposer certaines délibérations. Ce n’est pas vrai de toutes les délibérations, je le signifierai dans mon vote, mais c’est en tout cas ce qu’on pourrait attendre de délibérations très engageantes dans leur programmation.

2. Deuxième raison, nous n’avons aujourd’hui aucune lisibilité budgétaire pour 2014 et 2015. Vous le savez tous, les temps à venir sont bien plus compliqués que les années passées. Nous aurons des budgets plus serrés et je voudrais vous le démontrer.

Je reviens donc plus en détail sur ces deux motifs qui me rendent perplexes quant à l’urgence de décisions à prendre aujourd’hui.

Dans trois mois il y a un nouveau conseil municipal, quoiqu’il advienne. En démocratie, il y a dans le cas présent je crois deux principes importants : une continuité de l’action collective engagée, c’est normal, il ne peut être défait tout ce qui a été fait par une équipe en place, ce serait une curieuse conception de l’action publique, il y a toujours un héritage et c’est logique. Mais il y a aussi un principe qui est celui de ne pas faire passer en force ou dans la précipitation, des dépenses de fin de mandat qui auront de grosses répercussions sur les choix qu’auront à faire les futurs élus.

Et ceci est très lié au second motif de mon intervention qui tient au manque de lisibilité budgétaire. Je crois Chers Collègues, qu’on marche parfois sur la tête. A-t-on idée de ce qui nous attend en termes budgétaires ? A-t-on compris que nous avons trois sources de recettes principales : les dotations d’Etat qui n’augmenteront pas même qui diminueront, les emprunts (on en connait la limite, il n’y a qu’à voir une collectivité voisine) et les impôts. Qui ici pense qu’on peut les augmenter ?....

Donc globalement nous n’aurons pas plus de recettes. Et pourtant nous aurons déjà beaucoup plus de dépenses, ne serait-ce que dans l’application des décisions de ces derniers mois, autour de 5 millions d’euros par an par exemple en fonctionnement , rien que par les rythmes scolaires, la cité et le centre aqualudique…Donc un autofinancement en réduction. Autofinancement qui se situera probablement autour de 15 millions l’an prochain quand il était encore à 40 il y a 4 ans….Autant de marges de manœuvre en moins, l’effet de ciseau tant annoncé est bien là.

Alors c’est vrai OUI Angers a eu une gestion exemplaire et j’en suis fier, avec d’autres, cela peut-être une fierté collective. Mais la période est finie, elle est bel et bien terminée. Cette période a commencé à changer d’ailleurs il y a déjà quelques années C’est une de mes principales divergences avec l’équipe actuelle, des différences d’appréciation qui jusque là étaient restées en interne de l’équipe municipale. Le prochain budget, les prochains budgets seront

difficiles, on le verra dans un mois ou deux dans nos débats . Notre autofinancement qui ne cesse de diminuer est ce qui permet d’investir ou pas. C’est ce qui a fait notre force jusqu’ici mais c’est fini.

Devra t’on faire l’impasse sur d’autres projets tout aussi importants pour l’avenir de la ville, en matière de développement de quartier, en matière d’aménagement de la ville ou tout simplement en besoins de quotidienneté ? Il n’y a pas d’un côté ceux qui seraient ambitieux et qui verraient le rayonnement de la ville et de l’autre côté les trop frileux, les modestes, voire les gagne-petits, qui ne comprendraient rien à rien et qui ne penseraient qu’au quotidien. Quand il y a trois ans désormais je me suis affronté dans ces lieux, à huis clos, dans cette même salle, à l’ancien Maire sur un projet de Nouveau Centre des Congrès, évalué à l’époque à 45 millions mais au final qui aurait coûté presque 100 Millions, on me disait à l’époque qu’il fallait de l’ambition et donc forcément, celui qui s’opposait en manquait. On voit ce qu’il en est advenu ! Avec quand même à la clé autour de 3 millions d’euros de frais d’études…Heureusement le bon sens l’a emporté depuis, le projet de nouveau Centre a été mis dans un tiroir…

Exit le centre des congrès pour l’instant. Cette remarque étant faite, manquera t’on de bon sens sur le dossier Rives Nouvelles qu’il nous faut bien plus étaler dans le temps ? Je vous le redis c’est un beau projet mais c’est une affaire de programmation que je pose comme je l’avais posée aussi en son temps sur l’urgence ou non de espace ou bien avant sur l’urgence du Quai ? Des équipements qui ont de fortes répercussions sur les frais de fonctionnement. Je vous promets un budget 2014 difficile….

Nous avons de très gros chantiers engagés : le renouvellement du quartier de Verneau, celui à venir de Belle-Beille, la Gare (12 millions de déficit prévisionnel pour la ville, autant pour l’agglo) et bien d’autres encore, avec des déficits d’opération que je veux bien rappeler si nécessaire, j’ai tous les chiffres…Il va nous falloir beaucoup d’argent pour accompagner ce que nous avons déjà engagé. Nous avons par ailleurs des dizaines de milliers de surfaces d’activité à commercialiser (50 000m² à la gare, plusieurs milliers dans les autres quartiers et encore beaucoup chez les promoteurs), pourtant on nous en propose dès aujourd’hui 250 000 m² nouvelles dans la concession d’aménagement. Pour info on en écoule moins de 10 000 par an ces dernières années. Programmons en regardant ce qu’on doit finir puis entamer. Car ces surfaces engagées et non commercialisées pèsent dans nos bilans d’opération. Les acquisitions foncières coûtent cher, ceux qui aménagent le savent bien, ce n’est pas gratuit…

Nous avons à finir de construire des places, celles de la Roseraie (Jean 23 et Jean Vilar), celle à venir de la place de l’Europe… Nous avons des besoins de quotidienneté, de logements (1000 à rénover ou certains à détruire à Belle-Beille), de voirie, de crèches, d’activités culturelles, sportives, sociales et autres encore….

Tous les candidats aux municipales ont des projets de tramway, quels que soient les lignes choisies.

Etre ambitieux n’est pas forcément dire OUI à toutes ces délibérations et peut se décliner différemment. Etre ambitieux cela peut consister à hiérarchiser avec plus de clarté les différents projets de ville, répondre à la nécessaire vision de transformation de la ville sans obérer les besoins urgents et les chantiers déjà ouverts. On ne peut voter toutes ces délibérations sans une vue très claire sur le plan pluriannuel.

Oui il nous faut donner de l’espoir aux habitants, aux Angevins.

Donner de l’espoir c’est bien entendu faire envie avec de beaux projets. Donner de l’espoir c’est aussi démontrer que ces grands projets s’articulent très bien avec la faisabilité de tous les défis engagés et la réponse aux besoins immédiats. Vous savez tous aujourd’hui combien les gens ont besoin d’aide dans leur quotidien.

Alors oui aux "Rives Nouvelles" comme projet d’avenir, à hiérarchiser dès le début du futur mandat municipal et en fonction des éléments budgétaires qui seront alors connus, puisqu’ils seront votés en février, soit un mois avant l’élection.

Mais non à engagement de dépenses nouvelles trop fortes pour nos capacités et en l’absence d’une vision budgétaire réelle.

En conséquence je voterai pour certains dossiers engagés et je m’opposerai pour ceux qui engagent l’avenir sans visibilité suffisante.
Plus d'infos »
 

Revue de presse

Loading...

Rotureau.fr © 2013 | E-mail : jean-luc@rotureau.fr