Budget 2012 de la ville d' Angers



jeudi 8 mars 2012

Le 5 mars, nous avons voté le budget 2012 de la ville d'Angers. J'ai répondu à la minorité municipale sur la question des loyers et je me suis aussi exprimé sur l'impôt local et national. Mais l'essentiel de mon intervention portait sur le budget. Vous trouverez cette intervention ci-dessous.


Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Le budget que nous allons voter ce soir est un budget ambitieux comme tous ceux que nous avons décidé depuis de longues années. Je voudrais en quelques mots souligner l’intérêt de nos choix mais aussi les difficultés qui se posent à nous.

Pour la section de fonctionnement, nous mesurons à travers ce budget les efforts qui sont faits à tous les niveaux sur les dépenses : bonne maîtrise des dépenses de personnel, pas de dérive des charges à caractère général et diminution des autres charges de gestion courante. Tout cela n’entrave pas nos ambitions, notamment en matière de solidarité, je pense aux 500 000 euros supplémentaires versés au CCAS ou encore à d’autres subventions pour la solidarité ou l’animation sociale, sportive et culturelle de la ville.

Du côté des investissements, c’est encore un niveau très élevé que nous votons, ce qui permet de soutenir l’emploi, notamment maintenant que les travaux du tramway sont terminés, alors que s’achèvent ceux de l’ATOLL. Néanmoins, nous continuons nos efforts dans la construction de logements (si utiles à nos concitoyens) et dans la rénovation urbaine : plus de 11 millions d’euros encore injectés dans l’économie.

C’est donc un budget ambitieux dans un contexte plus délicat que par le passé. En effet, différentes données doivent nous alerter pour l’avenir, et nous devrons forcément en tenir compte. Ce sont d’abord les dotations d’ ETAT qui ne cessent de baisser et il ne sera plus possible aux collectivités locales d’équilibrer leurs budgets et jouer leur rôle si la solidarité ne s’organise pas plus au niveau national. Ainsi nos recettes de fonctionnement augmentent moins vite que nos dépenses malgré les efforts consentis. Ceci a pour conséquences une diminution constante de notre autofinancement, qui n’est rien d’autre que notre marge qui détermine entre autre notre capacité d’investissement.

Du côté de l’investissement justement, nous avons toujours eu – et j’allais dire grâce aux équipes successives et au génie d’André DESPAGNET – un niveau d’intervention très élevé ces dernières années, et cela bien au dessus des villes de même taille. C’est une chance et une force extraordinaires pour notre territoire et pour les Angevins. Ainsi nous avons pu répondre aux besoins de la population en équipements tout en soutenant l’activité, et en maîtrisant la pression fiscale.

Nous ne pourrons pas continuer à investir autant les années futures sauf à mettre en danger l’avenir budgétaire de notre collectivité ou à augmenter les impôts, ce qui ne me parait pas possible dans le contexte que l’on connaît. Le contexte peut changer, nous le souhaitons tous, mais il nous faudra je crois « revisiter » l’ensemble de nos projets pour prioriser, hiérarchiser et continuer à être ambitieux tout en gardant des marges d’action pour l’avenir. Actuellement nous sommes très peu endettés, c’est une chance énorme que nous avons. Il nous faut conserver cette rigueur de gestion pour permettre de continuer nos actions dans les quartiers notamment.

L’endettement non maîtrisé au niveau mondial induit une crise que nous n’avons jamais connue. De notre côté, et au niveau de notre collectivité, il nous appartient d’être très prudents au niveau de l’endettement qui retombe toujours sur les plus modestes. Nous avons encore beaucoup de marges à Angers car nous n’étions plus endettés mais il nous faut être vigilants afin de ne pas retomber dans un cercle vicieux ces prochaines années, nous sommes dans un cercle vertueux et nous devons y rester.

Je voterais donc ce budget tout en exprimant ce souhait pour l’avenir.
 

Rotureau.fr © 2013 | E-mail : jean-luc@rotureau.fr