Elections municipales 2014 : les valeurs et les principes auxquels je tiens



mercredi 3 juillet 2013
Voici le document que j'ai transmis à la presse écrite en début de semaine quant aux futures échéances municipales.

Neuf mois avant l’échéance des élections municipales, nous devons plus que jamais nous interroger sur les besoins et les attentes de la population, enjeu principal de ces élections.
L’emploi et le logement préoccupent beaucoup d’Angevins. L’emploi c’est bien entendu la possibilité de vivre dignement et d’être reconnu, la possibilité de faire des projets. Beaucoup souffrent du chômage et d’autres craignent pour leur travail actuel. L’essentiel de la mobilisation de tous les politiques doit porter sur l’emploi.

Le logement abordable devient également de plus en plus une question importante dans les villes. Un logement pour chacun dans des conditions accessibles demeure une priorité.

L’éducation et la santé sont aussi des domaines de vie quotidienne au cœur des soucis des familles.

Toujours en termes de diagnostic, force est de constater que nous vivons plus une mutation de société qu’une crise, dans tous les domaines et bien souvent une perte de sens. Dans ce contexte, il me parait nécessaire de rappeler les fondements de la politique et le rôle des élus : servir ses concitoyens bien entendu, donner de l’espoir et de l’idéal (c’est bien aux élus de porter de l’espérance), mais également agir concrètement pour que les situations s’améliorent, faire preuve de pragmatisme.

La réaffirmation de valeurs telles que le souci d’équité, de progrès pour tous, de solidarité, de respect, de lutte contre les inégalités, de protection de l’environnement…est par ailleurs indispensable en cette période.

Partant de ces constats, je voudrais rappeler quelques principes qui me tiennent à cœur et qui guideront ma conduite demain.

1) La rigueur éthique et morale doit conduire l’action politique. Que ce soit à l’échelle nationale ou même parfois à l’échelle locale dans des registres différents, la politique peut donner une drôle d’image, voire désastreuse. Nous, hommes et femmes politiques, nous devons être intransigeants quant au besoin d’éthique dans la conduite de notre action. Si la politique est de temps à autre abîmée, elle est pourtant indispensable et nécessaire ; les politiques doivent être irréprochables sur la gestion de l’argent public, sur leurs actions et leurs projets, leur façon de conduire leur mandat, leurs arbitrages. La clarté et la transparence doivent être au premier plan de leurs préoccupations, d’abord par respect pour leurs concitoyens. Ce qui guide l’action des élus est l’intérêt général avant toute chose. Ils sont là pour servir les autres.

2) La politique locale a la faculté de changer des situations. Les marges de manœuvre sont toutefois réduites mais une équipe municipale peut agir dans bien des domaines et faire évoluer les choses : actions influençant l’emploi ( on sait que c’est le plus difficile), actions sur le cadre de vie de chacun , l’aménagement du territoire, la solidarité, l’éducation, la vie associative. Les décisions municipales sont donc en prise directe sur la vie des habitants et toute personne est concernée par les futures échéances. L’enjeu touche tous les Angevins !

3) La citoyenneté est de plus en plus indispensable pour construire ensemble la ville et la société en général. Elus et habitants, avec les services municipaux peuvent tous contribuer à la vie de la cité. Comment alors favoriser la participation du plus grand nombre aux décisions qui les concernent ? Comment permettre à ceux qui ne s’expriment jamais d’être acteurs de leur ville ? Le besoin d’écoute n’a jamais été aussi fort. La question du bilan des différents dispositifs existants doit être posée pour renforcer cette écoute afin qu’elle soit de plus en plus de qualité et surtout que chacun se sente concerné, y compris les plus fragiles. Dans une société complexe, il est de notre devoir de faire de cette participation de tous un enjeu de démocratie vivante qui aide à transformer la ville. Les formes peuvent être diverses…Nos systèmes participatifs doivent être rénovés. La forme ascendante doit être renforcée pour que chacun se sente acteur de sa ville. Écoutons plus les Angevins.

4) Il faudra faire de plus en plus de choix et dire la vérité à la population. L’argent public, que ce soit au niveau de l’Etat ou des Collectivités va se faire plus rare… Celles-ci auront moins de moyens que par le passé. Il faudra faire mieux avec moins ! Ceci pose inévitablement la question des choix politiques. Quel équilibre entre les grands projets et le besoin d’actions de proximité, quel endettement et jusqu’où, quelle hiérarchie dans les différents projets de la ville, quel phasage et planification ? Je souhaite de tout cœur une clarté totale à ce sujet. Les arbitrages doivent être bien expliqués. Beaucoup s’intéressent à la cité si on sait considérer l’habitant comme un citoyen responsable. Ordonner, prioriser, hiérarchiser et expliquer les choix, autant d’actions nécessaires…

5) Vivre la solidarité territoriale. L’heure n’est plus à ce que chaque commune travaille seule dans son coin. Les collectivités doivent montrer l’exemple pour mieux mutualiser leurs projets. La dimension d’Agglomération prend de plus en plus de place dans la vie quotidienne (urbanisme, logement, commerce, emploi, déchets, transports…) , il faut la renforcer, au service de la population. Il faut de plus en plus éviter les doublons, faire des projets ensemble, penser les grands projets d’avenir et équipements. J’étais par exemple intervenu lors d’un conseil d’Agglomération il y a une dizaine d’années pour dire qu’une salle culturelle et sportive d’Agglomération de 5à 6000 places serait indispensable dans la décennie pour les spectacles sportifs et culturels. Le Député-Maire de Trélazé vient de le faire à l’échelle communale, c’est une belle action volontariste et une réussite. Pourtant il s’agit bien d’un équipement à vocation métropolitaine. Oui il faut plus réfléchir et anticiper ensemble dans la solidarité intercommunale. C’est un des enjeux de la future mandature. Mais pas seulement à ce niveau…

Le travail en commun avec le Département devrait se renforcer sur bien des projets. L’intérêt général doit primer sur les stratégies politiques du court terme. Le bons sens demande plus de travail entre les collectivités. Les "guéguerres" héritées du passé ne servent pas notre territoire.

Tout comme un travail entre les trois plus grandes villes du Maine et Loire, Angers-Cholet-Saumur serait utile pour tous nos concitoyens.

Il y a une réelle coopération avec la Région ou une naissante dans l’espace Loire-Bretagne, néanmoins cette coopération peut se décliner à d’autres échelons…

L’intérêt des Angevins prime sur les concurrences stériles… L’enjeu est bien l’avenir de notre territoire.

6) Nous entrons dans une ère où il y aura un nouveau mode de développement : ceci touche l’emploi (quels emplois demain ?), les modes de transport, le logement (logement pour tous, logement abordable), l’énergie, les modes de communication etc… La ville doit être porteuse de ce nouveau mode de développement et encourager les initiatives. Nous devons aussi favoriser les liens sociaux à travers ces évolutions. Imaginer l’avenir et ces transitions avec les habitants…

7) Les salariés (ville-agglo) sont une formidable ressource pour les collectivités. Nous devons nous appuyer plus sur cette force que représente la ressource humaine. Ce sont les salariés qui sont au contact de la population, qui savent aussi les besoins et peuvent les faire remonter aux élus, ce sont eux qui doivent décliner les projets sur le terrain. Manager et former les salariés sera demain un fort enjeu , encore plus important qu’aujourd’hui dans ce changement d’époque.

Ces quelques valeurs et principes que je voulais rappeler animent mon action politique. Ils ne constituent pas en soi un projet municipal. Ils sont en amont de réflexions qui doivent être évidemment plus programmatiques.

Pour ce qui concerne l’élection municipale, la réponse à la question de ma candidature (ou mon soutien à telle autre) viendra en son temps après l’été. Je ferai ce que je crois juste.

Jean-Luc ROTUREAU
 

Rotureau.fr © 2013 | E-mail : jean-luc@rotureau.fr