Communiqué de presse



mercredi 6 novembre 2013
Lors du dernier Conseil Municipal, l'opposition a interrogé le Maire d'Angers sur la nature de certains marchés publics, leur contenu et leur financement. La presse s'est fait écho de différents documents que s'est procuré l'opposition.

J'ai interpellé ce midi le Maire d'Angers (qui m'a accordé une entrevue suite à ma demande) en souhaitant que le doute soulevé par ces questions ne devienne pas une suspicion. Seule une totale mise à disposition des marchés publics et leur conclusion peuvent lever le doute. Il est indispensable d'avoir une transparence totale sur ce sujet. En Décembre 2012 avec d'autres collègues, j'ai démissionné de l'association de financement AIMER ANGERS, parti politique de la majorité car, entre autres nous n'avions pas connaissance suffisante des résultats de sondages commandés par l'association avec notre argent. Ce manque de clarté, nous ne le supportions plus dans le cadre d'un groupe associatif privé qui ne regardait que les membres de l'association. Aujourd'hui j'exige aussi la clarté pour tous les Angevins car il y a une question sur des marchés publics.

Dans ma rencontre avec le Maire hier midi :

1- je lui ai rappelé mon  attachement farouche à ce qu'il n'y ait aucune confusion entre ce qui relève du service public et donc d'un financement des contribuables Angevins et ce qui relève strictement de l'intérêt politique qui doit être financé par les partis ou les candidats. Il ne peut y avoir aucune ambiguïté sur ce sujet.

2-Dans cet esprit j'ai demandé au maire de s'expliquer clairement sur ce qui a été pris en charge par Aimer Angers (l'association des élus) et par la Ville dans le cadre des marchés publics.
En ce sens j'ai exigé que me soit fourni le cahier des charges des marchés publics pour les entreprises bénéficiaires concernées, pour les trois dernières années et les conclusions de ces marchés . J'ai souhaité les résultats de cette demande en début d'après-midi et n'ai pas encore obtenu satisfaction à cette heure (17h00).

3- Dans l'hypothèse où une étude purement politique aurait été financée par la Ville je souhaite que son coût soit intégralement remboursé à la collectivité.

4- je m'insurge enfin sur le contenu de la note qui proposerait des "sanctions financières" à l'égard de la presse insuffisamment docile. Une telle attitude est évidemment à l'opposé de ma conception de la liberté de la presse et de ma conception de la démocratie.

Enfin je souligne à nouveau combien il est important aujourd'hui que les élus se montrent rigoureux et exemplaires sur le plan de l'éthique en politique. C'est une des conditions du retour d'une citoyenneté plus forte où les droits et les devoirs sont associés. Ceci n'est pas négociable !
 

Rotureau.fr © 2013 | E-mail : jean-luc@rotureau.fr