Faisons connaissance



Plus d'infos »
Je suis né en 1958 à Angers, je suis marié et j’ai trois grands enfants.

Après des études de comptabilité, j’ai commencé très tôt à travailler, je n’avais pas encore 18 ans.
J’ai passé 11 ans dans une banque, entrecoupés d’une année d’armée. Les emplois que j’y ai tenus étaient administratifs. Ce qui a marqué mon parcours bancaire, ce sont d’abord mes engagements syndicaux. Très tôt j’ai adhéré à la CFDT et j’ai pris des responsabilités dans l’entreprise puis à l’Union locale d’Angers.


Dans la banque, je me souviens, entre autres, des lois Auroux que nous avions dû mettre en place suite à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Dès 82, le code du travail a été totalement bouleversé : nous avons travaillé pour un plan d’égalité professionnelle hommes-femmes, le droit d’expression des salariés, les nouveaux droits des comités d’entreprise, la formation…etc. Ceci a été une période très dense sans compter que nous savions nous mobiliser pour d’autres causes comme la lutte du Syndicat « Solidarnösc » en Pologne qui le premier ouvrait une brèche dans les dictatures de l’Est… Nous avons mené de beaux combats !

Puis en 1987, je fus élu secrétaire général de la CFDT interprofessionnelle du Maine et Loire. Une lourde responsabilité, celle d’animer tous les syndicats à l’échelle départementale et faire vivre le territoire. Là, j’y ai aussi connu beaucoup de conflits dans les entreprises et j’ai accompagné des luttes dans les quatre coins du département, dans des milieux de travail très variés : métallurgie, administrations, construction-bois, transport, métiers de la chaussure… Puis nous travaillions beaucoup sur la question de la formation syndicale, sur les conditions de travail, la protection sociale. Nous avons mis en place l’Inter CE DACC qui désormais a pris une grande ampleur, plus tard nous avons aussi contribué à créer l’organisme de formation AREFOR. Nous avons essayé d’être utiles aux salariés, partout où nous pouvions ! La CFDT a toujours été pour moi un syndicat qui sait articuler propositions et revendications. Les deux sont importantes !

En 1993, changement radical de trajet. Je laissais mes responsabilités syndicales pour être le premier Directeur de la Maison des Etudiants de Belle-beille. Il y avait tout à faire, créer le projet avec les associations et syndicats d’étudiants, suivre le chantier de construction, faire le lien avec les services administratifs de l’Université. Gérée par une association privée, cette MDE se voulait un lieu de croisement (étudiants-quartier, services d’animation et administratifs) et un lieu où l’on trouvait un bar-restaurant et un lieu de vie !
Nous y avons connu de très belles heures mais plus tard le projet évolua car l’organisme gestionnaire quittait la place pour laisser l’Université prendre la gestion de cette MDE.

En 1995, je suis devenu responsable de formation salarié d’une association l’APTIRA, une association qui travaille pour les personnes d’origine étrangère. Là j’encadrais une équipe de formateurs et nous formions les personnes à l’apprentissage du Français et nous travaillions sur l’insertion sociale et professionnelle. Lourde et belle tâche ! Un de mes souvenirs les plus marquants fut l’accueil de 200 Kosovars qu’il fallait intégrer et former…

En 1995, ce sont mes débuts comme élu local. D'abord comme Adjoint au Maire à la jeunesse et au sport. Autant le sport était déjà bien défini dans son contour, autant il a fallu imaginer un projet jeunesse. Nous avons créé une « mission jeunesse » et suite à un énorme travail participatif et à des enquêtes, nous avons multiplié les projets : création du festival « Tour de Scènes », création d’une commission extra-municipale jeunes, création de l’aide aux projets des jeunes etc.
En matière de sport, j’ai été adjoint jusqu’en 2008 et j’ai contribué à la construction de nombreux équipements, salles de sport, terrains de foot, piscine Jean Bouin etc. Nous avons beaucoup travaillé avec l’Office Municipal des Sport qui constitue le rassemblement des clubs amateurs. Nous avons toujours essayé d’adapter les aides de la mairie aux besoins de la période. Nous avons énormément travaillé de manière concertée, avec les clubs…
Avec le service des sports nous avons créé le service animation sportive pour intervenir un peu plus au plus près des adolescents.
Dans ce sens de l’ouverture du sport sur la société, j’ai fait adhérer la ville à l’Agence d’éducation par le sport, une association nationale qui travaillait avant tout sur la détection de projets innovants. Plus tard j’ai contribué à de nombreuses recherches avec cette association nationale et un comité d’Universitaires, et j’ai mené plusieurs travaux particuliers avec eux.

A Angers, je n’oublie pas que nous avons fait venir de grandes manifestations : en athlétisme avec notamment le championnat de France élite , en natation, le Tour de France cycliste….

Entre temps, en 2001, j’étais aussi devenu conseiller général du canton Angers-Nord, à la suite de Robert ROBIN, un militant élu  extraordinaire ! Ce canton regroupe une partie d’Angers et 6 communes extérieures, j’y ai été réélu en 2008. Le découpage des cantons est revu pour les prochaines élections départementales de 2015 et ce sont des binômes homme-femme qui seront présentés aux électeurs.

Du point de vue professionnel, j’ai laissé mes responsabilités à l’APTIRA en 2001 car je ne pouvais plus tout faire. Pourtant, j’ai souhaité continuer à me former pour ne pas dépendre que de la politique. Aussi, j’ai d’abord passé une première année à Nantes pour obtenir un titre de formateur homologué niveau 2 (maitrise) puis dans la foulée en 2003 j’ai intégré un DESS de stratégie et d’ingénierie de formation pour adultes, alternativement à Tours et à Rennes. Je participais à 4 jours de formation par mois et il y avait un énorme travail entre les sessions. J’ai obtenu début 2005 mon DESS avec une mention bien et une homologation « Master ». J’ai notamment travaillé sur les questions de démocratie participative.

Plus tard ce diplôme m’a permis d’encadrer régulièrement des stages au CNFPT (centre de formation des personnels territoriaux) et plus précisément à l’école des Cadres. J’y retourne encore actuellement de temps à autre… Aujourd’hui la formation pour adultes est mon métier même s’il est entre parenthèses du fait de mes responsabilités. J’attache une importance particulière aux questions pédagogiques. J'exerce depuis le printemps 2014 le métier de consultant.

De 2008 à 2014, je fus enfin Vice-Président du Conseil d’Agglomération d’Angers où j’ai eu en charge l’urbanisme. J’y ai conduit notamment les travaux du futur Plan Local d’Urbanisme intercommunal, un document de planification commun aux 33 communes de l’agglomération. C’est un chantier en cours, difficile mais passionnant !
A Angers je suis devenu en 2008 adjoint à l’urbanisme et au logement et je préside l’Office Public d’Habitat « Angers Loire Habitat » qui gère 13 000 logements et qui comprend 240 salariés.

Le 20 septembre 2013, j' annonçais ma candidature à l' élection municipale d' Angers en 2014 où avec ma liste « l’énergie de faire » nous avons obtenu plus de 16% des suffrages exprimés au premier tour. Nous nous sommes retirés pour le second tour.
Plus d'infos »
 

Rotureau.fr © 2013 | E-mail : jean-luc@rotureau.fr